03/12/2021

Quand j’étais enfant, ma grand-mère maternelle disait, aux heures pour quelqu’un difficiles : « Do, mie-mer viel batta ! ». On aura reconnu dans ce « batta », le verbe allemand « beten ». On traduira : « Là, il nous faut beaucoup prier ! ». En alsacien, surtout haut-rhinois, cela sonne plus déterminé qu’en français, et plus radical qu’en allemand. Les consonnes ont quelque chose de presque guerrier : b labial et t explosif. Les voyelles écrasent : a médiant large, e final sonnant comme un intermédiaire du e et du a, beaucoup plus proche du a que du e. « Viel batte !” Je veux faire ça ! Je veux que ma retraite soit ça !